Le laboratoire Hubert Curien (LabHC)

Le laboratoire Hubert Curien (LabHC) est une unité de recherche créée au milieu des années 70 sous tutelle de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne et du CNRS. Il constitue l’UMR 5516. Il regroupe aujourd’hui 90 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents, 23 ingénieurs et personnels techniques et d’encadrement administratif et plus de 100 doctorants et post-doctorants, soit un effectif de presque 220 personnes. Il est le plus important laboratoire du Pôle universitaire Stéphanois.

Le laboratoire couvre un spectre d’activités regroupées au sein de deux départements scientifiques : « Optique, Photonique, Hyperfréquences » et « Informatique, Télécom, Image ». Au sein de ces deux départements de tailles quasi équivalentes, les activités sont structurées sous la forme de six équipes : « Micro/Nano structuration », « Interaction rayonnement-matière », « Image Science and Computer Vision », « Data Intelligence », « Connected Intelligence » et « Systèmes embarqués sécurisés et architectures matérielles ».

Le département  »Informatique-Télécom-Image », dont les activités 27/61 s’intègrent dans le périmètre de la FIL, sera structuré au 1er janvier 2021 selon les trois équipes suivantes :

  • Image Science and Computer Vision qui vise à traiter les problématiques de l’apparence des matériaux, de la formation des images et leurs manipulations au sens du traitement du signal – s’étendant de la source au détecteur et aux problèmes inverses et à l’analyse et l’interprétation d’images – afin de proposer de nouveaux modèles et algorithmes pour l’analyse et l’interprétation d’images et de vidéos numériques.
  • Data Intelligence spécialisée dans les domaines du machine learning, et de l’analyse de données complexes. Les activités menées visent notamment à traiter les questions liées à l’apprentissage de représentation, l’apprentissage de métriques, l’adaptation de domaines, la théorie d’apprentissage statistique, le transport optimal ou encore l’analyse de données complexes et hétérogènes (documents multimédias, texte, XML, tweets, séquences vidéo).
  • Systèmes embarqués sécurisés et architectures matérielles dont les activités sont axées autour de l’amélioration de la génération de nombres aléatoires dans les circuits intégrés, de l’étude de la conception de systèmes sur puce de confiance et de l’amélioration de la sécurité des algorithmes cryptographiques post-quantiques.